Foncier rural : un marché porté par un besoin de diversification

L’investissement forestier remporte le suffrage des investisseurs en quête de diversification. L’engouement des épargnants pour les terres, les vignes ou encore les forêts ne faiblit pas. Il s’agit principalement d’un investissement plaisir plébiscité par des clients fortunés à la recherche de diversification.

 

Tendance positive sur le foncier viticole

 

Les prix de la vigne ont augmenté en moyenne de 6.7% par an sur ces dix dernières années et approche en 2016 les 140.000€ l’hectare. Là encore les écarts peuvent être notables d’une région et d’une appellation à l’autre.  Le marché Bordelais s’avère dynamique et offre un large choix aux acheteurs, tous profils confondus. En entrée de gamme, les tarifs sont affichés à 15.000€ l’hectare et peuvent atteindre 3,3 millions d’euros l’hectare de Pommerol.

 

En Bourgogne, le foncier est rare et très divers puisque l’on dénombre 101 appellations d’origine contrôlée (A.O.C). La demande des investisseurs et la pénurie d’approvisionnement de raisin maintiennent une forte pression sur les prix. Les vignobles Champenois prennent la tête du marché en terme de valeurs avec un prix moyen de 1.2 millions d’euros à l’hectare et une progression de 1.8% sur 2016.